Les principes bioclimatiques


Les principes de la conception bioclimatique reposent sur l’étude des caractéristiques du terrain pour optimiser les performances thermiques de la construction. En fonction du climat, des vents dominants, de l’ensoleillement, de la topographie, il s’agit de faire des choix judicieux de forme de bâtiment, d’implantation, de disposition des espaces, d’orientation des ouvertures, etc.
Bien souvent, on cherchera à profiter au maximum des apports solaires en hiver grâce à la position basse du soleil, et au contraire, à se protéger de la chaleur en été par des protections physiques (auvents, arbres…) Le choix des matériaux entre en compte, qu’il s’agisse d’isoler le bâtiment ou de profiter de l’inertie d’un élément qui stockera la chaleur en journée et la redistribuera la nuit. La circulation de l’air intérieur est étudiée pour éviter la surchauffe et redistribuer la chaleur selon les besoins des différentes pièces.


schéma principe de construction maison passive
L'ARCHITECTURE ECOLOGIQUE - Les principes bioclimatiques. (dessin de Jean-Yves Barrier)

Architecture passive


Contrairement à l’architecture bioclimatique qui est un mode de conception, l’architecture passive répond à des critères spécifiques qui garantissent un bâtiment très économe en énergie :
- une consommation de chauffage inférieur à 15 kWh/m².an
- une consommation d’énergie primaire inférieure à 120 kWh/m².an pour l’ensemble des usages de la maison, électroménagers inclus
- une étanchéité à l’air sous 50 pascals inférieure à 0.6 volumes par heure
- une surchauffe limitée avec moins de 10% des heures de l’année au-delà de 25°C dans le bâtiment
Pour atteindre les performances d’une architecture passive, les méthodes de conception bioclimatiques sont indispensables. De plus, la chasse aux ponts thermiques, la qualité de l’isolation, des menuiseries extérieures, une ventilation performante… permettent d’atteindre les objectifs du passif. Ainsi, la chaleur dégagée par les équipements intérieurs (four, ordinateur, douche…) et par les êtres humains, et les apports naturels du soleil, doivent quasiment suffire à chauffer un bâtiment.
Il est possible de faire labelliser une construction passive par l’association La Maison Passive, garantissant que le bâtiment respecte les critères du label. Enerphit est un label plus souple pour les projets de rénovation où les performances sont plus difficilement atteignables.


Eco-construction


L’éco-construction est une manière de parler d’une architecture écologique. C’est-à-dire, une architecture consommant peu d’énergie, polluant peu, utilisant des matériaux sains et à faible impact sur l’environnement. Une construction passive peut en faire partie car elle consomme très peu d’énergie destinée au chauffage et pollue peu en fonctionnement. Toutefois, elle n’implique pas forcément des matériaux sains, locaux ou ayant un faible bilan carbone.


Réglementation thermique


La réglementation thermique en vigueur est la RT2012. Elle repose sur trois mesures :
- le Bbio, besoin bioclimatique, qui exprime le besoin en chauffage, climatisation et éclairage
- le Tic, température intérieure conventionnelle en période de forte chaleur
- le Cep, coefficient d’énergie primaire, qui exprime les besoins au m² en chauffage, climatisation, eau chaude sanitaire, éclairage, auxiliaires (pompes, ventilateurs)
Sont également imposés : un test d’étanchéité à l’air, l’utilisation d’une énergie renouvelable (panneaux solaires, poêles à bois, chauffe-eau thermodynamique…), ainsi qu’une surface vitrée d’au moins 1/6 de la surface habitable.
Pour valider la prise en compte de la réglementation thermique, une attestation est demandée au moment du dépôt du permis de construire, reposant sur une étude thermique préalable, puis en fin de chantier, accompagnée du résultat du test d’étanchéité.
La construction passive est plus exigeante thermiquement que la RT2012, pour une construction plus performante et plus économe en énergie. Les différentes limites imposées par les critères du passif obligent par exemple une meilleure gestion des ponts thermiques et une meilleure étanchéité à l’air (inférieure à 0,6 vol/h, contre 2,4 vol/h en RT2012).

comparatif des valeurs d'étanchéité maisson passive RT2012.